Список форумов пїЅпїЅпїЅпїЅпїЅпїЅпїЅ пїЅ пїЅпїЅ пїЅпїЅпїЅпїЅпїЅпїЅпїЅ пїЅ пїЅпїЅ

 
 FAQFAQ   ПоискПоиск   ПользователиПользователи   ГруппыГруппы   РегистрацияРегистрация 
 ПрофильПрофиль   Войти и проверить личные сообщенияВойти и проверить личные сообщения   ВходВход 

Start Home_in_France Learning_in_France Job_in_France Health_in_France Photogallery Links
Много ли сделала Франция для Израиля?

 
Начать новую тему   Ответить на тему    Список форумов пїЅпїЅпїЅпїЅпїЅпїЅпїЅ пїЅ пїЅпїЅ -> Что интересного происходит во Франции и в Европе?
Предыдущая тема :: Следующая тема  
Автор Сообщение
Zabougornov
Добрый Администратор (иногда)


Зарегистрирован: 06.03.2005
Сообщения: 11627
Откуда: Обер-группен-доцент, ст. руководитель группы скоростных свингеров, он же Забашлевич Оцаат Поэлевич

СообщениеДобавлено: Воскресенье, 9 Март 2008, 21:20:03    Заголовок сообщения: Много ли сделала Франция для Израиля? Ответить с цитатой

Дословно перевожу то, что сказал Шимон Перес в интервью Фигаро 8.03.2008:

Никакая другая страна не помогла Израилю так как Франция

Вот это финт ушами! А я думал Израиль недолюбливает Францию.

Или это Перес выразил свою личное мнение? Да нет, вроде он всё-таки президент Израиля, официальное лицо, глава государства, даёт интервью иностранной прессе....

http://www.romandie.com/infos/news2/080308032517.9xc3gkfk.asp
Shimon Peres: aucun pays n'a aidé Israël autant que la France

PARIS - Le président israélien Shimon Peres a estimé dans une interview au Figaro samedi qu'aucun pays n'avait aidé Israël autant que la France, et que les relations actuelles avec Paris ne "pourraient être meilleures".

"Je ne connais aucun autre pays qui ait autant aidé Israël que la France", a déclaré M. Peres qui effectue une visite d'Etat à Paris à partir de lundi.

"Cette visite résume 60 années de l'histoire d'Israël, durant lesquelles la France a joué un rôle extrêmement important. Je suis venu lui dire merci (...) Pendant l'Occupation, la France a sauvé beaucoup de juifs. Et ensuite, lors de la naissance d'Israël, la France a joué un rôle majeur. Grâce à elle, nous avons pu acquérir des armes pour défendre nos vies", a poursuivi M. Peres dans l'entretien au quotidien français.

Interrogé sur les relations entre Israël et la France depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, le président israélien a déclaré qu'"elles ne pourraient être meilleures. Nicolas Sarkozy a renouvelé l'Alliance atlantique en renouant avec les Etats-Unis et a donné un nouvel élan aux relations avec Israël", a-t-il noté.

Sur l'initiative de M. Sarkozy de faire porter par des élèves français la mémoire d'enfants victimes de la Shoah, M. Peres a estimé que l'intention du président français était "noble: se souvenir de la Shoah et du génocide. De notre point de vue, cela a été très apprécié", a-t-il dit.

Le président israélien a qualifié d'"acte barbare" l'attentat de Jerusalem jeudi. "Israël est déterminé à se défendre et continuera sa traque jusqu'à ce que tous les terroristes paient le prix de leurs actes", a-t-il affirmé.

Huit élèves d'un séminaire talmudique de Jérusalem-ouest ont été tués et 10 blessés par un Palestinien qui a tiré sur eux avant d'être abattu à son tour par un officier de réserve. Le mouvement islamiste palestinien Hamas a revendiqué l'attentat vendredi.

Sur les critiques portées contre Israël pour son incursion dans la bande de Gaza, M. Peres a estimé qu'"il n'existe pas de solution sans l'action militaire. Si nous savons que quelqu'un s'apprête à lancer un missile contre notre territoire, nous le ciblons pour l'empêcher de passer à l'acte. Le problème, c'est que les terroristes n'hésitent pas à impliquer des civils dans les actions", a-t-il déclaré.

Interrogé sur les relations avec le Hamas, le président israélien a indiqué: "Si nous négocions avec le Hamas, nous tuerons l'Autorité palestinienne (...) Il est impossible de négocier avec l'Autorité et de la saper en même temps (...) Cela vaut la peine d'essayer" (de parvenir à un accord fin 2008).

"Le temps presse. Le 5 novembre, un nouveau président sera élu aux Etats-Unis. Cela prendra du temps avant que la nouvelle administration se mette en place (...) Or les Etats-Unis conservent la voix la plus forte dans la région. Les Palestiniens auront une élection présidentielle en janvier 2009 et tout risque d'être bouleversé de nouveau", a encore déclaré Shimon Peres.

Sur le dossier iranien, le président israélien a dit: "Nous ne sommes pas assez imprudents pour concentrer le danger iranien sur Israël. C'est un problème que le reste du monde doit résoudre. Avec les missiles de longue portée développés par l'Iran, le problème n'est pas seulement israélien".

(©AFP / 08 mars 2008 04h25)
_________________
A la guerre comme a la guerre или вторая редакция Забугорнова
Вернуться к началу
Посмотреть профиль Отправить личное сообщение Посетить сайт автора
Zabougornov
Добрый Администратор (иногда)


Зарегистрирован: 06.03.2005
Сообщения: 11627
Откуда: Обер-группен-доцент, ст. руководитель группы скоростных свингеров, он же Забашлевич Оцаат Поэлевич

СообщениеДобавлено: Воскресенье, 9 Март 2008, 21:31:32    Заголовок сообщения: Ответить с цитатой

Pérès : «Aucun pays n'a aidé Israël autant que la France»
Pérès : «Aucun pays n'a aidé Israël autant que la France»

Propos recueillis à Jérusalem par Patrick Saint-Paul
07/03/2008 | Mise à jour : 20:15 | Commentaires 45 .

Shimon Pérès : «Si nous négocions avec le Hamas, nous tuerons l'Autorité palestinienne.» Crédits photo : FLASH90
Avant son arrivée, lundi, en visite d'État à Paris, le président israélien a confié au Figaro sa vision des relations franco-israéliennes, du danger iranien et du processus de paix avec les Palestiniens.
LE FIGARO. Monsieur le président, quelle est votre réaction à l'attentat qui vient d'ensanglanter Jérusalem ?

Shimon PÉRÈS. Il s'agit d'un acte barbare. Le terroriste est entré dans un lieu de prière et d'étude de la religion et a ouvert le feu dans toutes les directions pour verser autant de sang que possible. Il était seul, mais il a agi avec des complicités. Israël est déterminé à se défendre et continuera sa traque jusqu'à ce que tous les terroristes paient le prix de leurs actes.

Vous arriverez lundi à Paris. Pourquoi attachez-vous tant d'importance à cette visite en France ?

Cette visite résume soixante années de l'histoire d'Israël, durant lesquelles la France a joué un rôle extrêmement important. Je suis venu lui dire merci. Je n'en avais jamais eu l'occasion auparavant. On ne peut pas oublier certaines choses. Dans l'histoire du peuple juif, Napoléon est venu à notre secours. Pendant l'Occupation, la France a sauvé beaucoup de Juifs. Et ensuite, lors de la naissance d'Israël, la France a joué un rôle majeur. Grâce à elle, nous avons pu acquérir des armes pour défendre nos vies.

Vous êtes considéré comme le père du programme nucléaire israélien. Le fait que vous ayez réussi à obtenir de la France le transfert de sa technologie nucléaire a-t-il été décisif pour la dissuasion israélienne ?

La suspicion que nous possédons l'arme atomique est une composante essentielle de notre dissuasion. C'est tout ce que je peux vous dire. Je ne connais aucun autre pays qui ait autant aidé Israël que la France.

Avec l'élection de Nicolas Sarkozy, les relations d'Israël avec la France sont-elles revenues à leur degré d'intimité d'avant 1967 ?

Elles ne pourraient pas être meilleures. Nicolas Sarkozy a renouvelé l'Alliance atlantique en renouant avec les États-Unis et a donné un nouvel élan aux relations avec Israël. L'idée initiale du président Sarkozy d'une Union méditerranéenne était fascinante à cet égard. La différence entre le Moyen-Orient et l'Union méditerranéenne, c'est qu'Israël est inclus dans l'Union. Au nord, il y a les pays européens ; au sud, le Maghreb et, au milieu, les pays arabes et nous. Cela crée une force économique avec un fort potentiel de rapprochement politique.

Israël a souvent reproché à la France d'être trop critiqueà son égard…

On ne peut pas fonder des relations sur une idolâtrie mutuelle. C'est fatiguant. La France et Israël partagent une curiosité intellectuelle mutuelle.

Approuvez-vous l'initiative de Sarkozy de faire porter par des élèves de CM2la mémoire d'enfants victimes de la Shoah ?

Son intention était noble : se souvenir de la Shoah et du génocide. De notre point de vue, cela a été très apprécié.

La France a œuvré à durcir les sanctions de l'ONU contre l'Iran. Êtes-vous satisfait du résultat ?

C'est mieux que rien, bien qu'insuffisant. Si le développement de la bombe n'est pas stoppé économiquement, les options non militaires seront épuisées. Or, je préfère stopper le développement de la bombe sans avoir à recourir à la guerre. Les sanctions économiques ont déjà prouvé leur efficacité dans le passé : la Libye, l'Afrique du Sud, la Corée du Nord ont renoncé à leurs ambitions nucléaires sans guerre.

Si le monde n'agit pas avec assez de fermeté, agirez-vous seuls pour empêcher que l'Iran n'accède à l'arme atomique ?

En aucune circonstance. Nous ne sommes pas assez imprudents pour concentrer le danger iranien sur Israël. C'est un problème que le reste du monde doit résoudre. Avec les missiles de longue portée développés par l'Iran, le problème n'est pas seulement israélien.

L'Iran et la Syrie poussent-ils le Hamas à tirer des roquettes sur Israël depuis la bande de Gaza ?

Sans aucun doute. Ils lui fournissent aussi des armes et de l'argent. L'Iran veut avoir deux satellites : un au Liban et l'autre à Gaza. La troisième cible d'Ahmadinejad est la Syrie. Il est aussi allé tâter le terrain en Irak. Nous ne devons pas fermer les yeux sur cela. Si une minorité de terroristes parvient à s'équiper d'engins nucléaires, le monde pourrait devenir ingouvernable.

Israël a essuyé de vives critiques en raison de son incursion musclée dans la bande de Gaza. Une intervention militaire peut-elle vraiment venir à boutdes roquettes tirées depuis Gaza ?

Il n'y a pas de solution militaire. Mais il n'existe pas de solution sans l'action militaire. Si nous savons que quelqu'un s'apprête à lancer un missile contre notre territoire, nous le ciblons pour l'empêcher de passer à l'acte. Le problème, c'est que les terroristes n'hésitent pas à impliquer des civils dans leurs actions. Ils envoient des enfants et des femmes en première ligne en connaissance de cause. Nous n'avons pas d'alternative. Ils peuvent compliquer nos vies à Ashkelon, Ashdod ou Sderot, mais ils ne peuvent pas nous vaincre.

Après la phase militaire, engagerez-vous des négociations avec le Hamas pour un cessez-le-feu ?

Si nous négocions avec le Hamas, nous tuerons l'Autorité palestinienne. Le gouvernement légitime dit que ce sont des rebelles. Il est impossible de négocier avec l'Autorité et de la saper en même temps. Si le Hamas veut un État indépendant à Gaza, je ne vois pas comment celui-ci existera. Je ne crois pas que l'Égypte ait un intérêt à diviser les Palestiniens en deux États, ni d'absorber un million et demi de pauvres supplémentaires sur son territoire. Les islamistes ne veulent ni l'indépendance ni la paix.

Croyez-vous encore possible de parvenir à un accord fin 2008, comme le souhaite George Bush ?

Cela vaut la peine d'essayer. Le temps presse. Le 5 novembre, un nouveau président sera élu aux États-Unis. Cela prendra du temps avant que la nouvelle Administration se mette en place et il pourrait s'écouler une très longue période avant que les États-Unis ne s'impliquent de nouveau dans le processus. Or les États-Unis conservent la voix la plus forte dans la région. Les Palestiniens auront une élection présidentielle en janvier 2009 et tout risque d'être bouleversé de nouveau.

Autoriserez-vous le Hamas à se présenter à cette présidentielle ?

Nous n'avons pas empêché sa participation aux législatives. Il y a des limites à la façon dont nous pouvons intervenir dans la vie des Palestiniens. Que les Palestiniens veuillent avoir une Palestine, deux Palestine, ou pas d'État du tout est entre leurs mains. Nous leur donnons la possibilité d'être un seul peuple, de construire un gouvernement efficace. Nous les encourageons à construire une seule armée crédible. Car de notre point de vue, leurs divisions réduisent la valeur de notre partenaire.

Abbas est-il un partenaire capable de faire appliquer la paix ?

Nous n'avons pas de meilleure alternative. Son problème est sa faiblesse. À nous de le rendre plus fort. Le renforcer économiquement est la solution la plus efficace.

Abbas se plaint qu'Israël ne crée pas les bonnes conditions en refusant de lever les barrages et en continuant les constructions dans les colonies.

Nous sommes un pays démocratique. Le gouvernement doit faire suffisamment de concessions pour ne pas perdre son partenaire. Mais il doit aussi être assez prudent pour ne pas perdre le soutien de la population. C'est pour cela qu'il est si difficile de faire des progrès.

Quelle proportion de la Cisjordanie êtes-vous prêt à restituer aux Palestiniens ?

J'aurais souhaité que nous mettions un terme à l'occupation depuis longtemps. Cela n'a pas été possible, parce que nous n'avions pas de partenaire. Aujourd'hui, nos positions ne sont pas si éloignées de celles des Palestiniens. Il s'agit d'une différence entre 3 % et 5 %. Avec la bonne atmosphère, on peut trouver une solution.

Peut-on partager Jérusalem ?

Jérusalem doit rester unifiée. Mais la solution pour Jérusalem ne ressemblera à aucune des propositions qui sont sur la table aujourd'hui. C'est un des problèmes les plus complexes.

Le paradoxe, c'est que la cohabitation s'y passe plutôt bien. Tout le monde va prier. Des milliers de juifs vont prier devant le mur des Lamentations. Des milliers de Palestiniens vont prier sur le mont du Temple chaque vendredi. Les églises sont ouvertes. La difficulté est de traduire cette coexistence sur un morceau de papier.

Les Palestiniens sont de plus en plus nombreux à réclamer un seul État pour les Juifs et les Arabes, avec les mêmes droits pour tous. Cela vous inquiète-t-il ?

Les Arabes ont déjà vingt-quatre pays. Pourquoi veulent-ils un État supplémentaire ? Ils veulent convertir Israël en un pays arabe ! Ils ont déjà essayé auparavant avec les armes. Mais ils n'y parviendront pas. Nous avons une minorité arabe au sein d'Israël, qui possède les mêmes droits que les Juifs. Cependant, personne ne peut nous forcer à annexer les territoires palestiniens.
_________________
A la guerre comme a la guerre или вторая редакция Забугорнова
Вернуться к началу
Посмотреть профиль Отправить личное сообщение Посетить сайт автора
Esti



Зарегистрирован: 22.01.2006
Сообщения: 904

СообщениеДобавлено: Понедельник, 17 Март 2008, 07:32:06    Заголовок сообщения: Ответить с цитатой

Забугорнов, а по-русски слабо?

Маша рассказывала, что Поля флагами были увешаны, вот бы посмотреть....
_________________
Тempora mutantur et nos mutamur in illis
Вернуться к началу
Посмотреть профиль Отправить личное сообщение
Zabougornov
Добрый Администратор (иногда)


Зарегистрирован: 06.03.2005
Сообщения: 11627
Откуда: Обер-группен-доцент, ст. руководитель группы скоростных свингеров, он же Забашлевич Оцаат Поэлевич

СообщениеДобавлено: Понедельник, 17 Март 2008, 10:45:53    Заголовок сообщения: Ответить с цитатой

Esti писал(а):
Забугорнов, а по-русски слабо?

Маша рассказывала, что Поля флагами были увешаны, вот бы посмотреть....

Такой текст перевести - это обалдеешь. Вот тут кое-что перевёл....
http://www.israel-forum.org/showthread.php?t=59975
_________________
A la guerre comme a la guerre или вторая редакция Забугорнова
Вернуться к началу
Посмотреть профиль Отправить личное сообщение Посетить сайт автора
Esti



Зарегистрирован: 22.01.2006
Сообщения: 904

СообщениеДобавлено: Понедельник, 17 Март 2008, 10:52:50    Заголовок сообщения: Ответить с цитатой

Ух ты!... Я уж и забыла, что такое место существует...

А ты молодец, Вождь!
_________________
Тempora mutantur et nos mutamur in illis
Вернуться к началу
Посмотреть профиль Отправить личное сообщение
Zabougornov
Добрый Администратор (иногда)


Зарегистрирован: 06.03.2005
Сообщения: 11627
Откуда: Обер-группен-доцент, ст. руководитель группы скоростных свингеров, он же Забашлевич Оцаат Поэлевич

СообщениеДобавлено: Воскресенье, 22 Июнь 2008, 19:18:00    Заголовок сообщения: Ответить с цитатой

Ref
En Israël, Nicolas Sarkozy plaide pour la création d'un Etat palestinien
LEMONDE.FR avec Reuters | 22.06.08 | 18h20

Au premier jour de sa visite d'Etat en Israël, dimanche 22 juin, Nicolas Sarkozy a de nouveau plaidé en faveur d'un Etat Palestinien coexistant aux côtés d'Israël. "Si je suis ici, c'est parce que je suis plus que jamais convaincu que la sécurité d'Israël ne sera vraiment assurée qu'avec la naissance du deuxième Etat, l'Etat palestinien", a déclaré le président français dans une brève allocution à l'aéroport Ben Gourion de Jérusalem.

"Un accord est possible demain et cet accord permettra aux deux peuples de vivre côte à côte dans la paix et la sécurité", a-t-il insisté, rappelant que la France avait voté, le 29 novembre 1947 à l'ONU, en faveur du plan de partage de la Palestine et "voulu cet acte majeur du XXe siècle qu'est la création d'Israël".

Le chef de l'Etat français a été accueilli en "ami intime d'Israël" par le président israélien Shimon Peres, qui a salué en lui "un homme d'action qui comprend l'importance du moment". Le premier ministre israélien Ehoud Olmert était également à l'aéroport Ben Gourion, à l'arrivée de M. Sarkozy, qui doit rester trois jours dans la région.

POLITIQUE PROCHE-ORIENTALE EN "ZIGZAG"

Il prononcera lundi un discours devant le Parlement israélien, la Knesset, une première pour un président français depuis François Mitterrand, en 1982. M. Sarkozy effectuera mardi une brève visite officielle en territoire palestinien, à Bethléem, où il rencontrera le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.
Dans un éditorial, le quotidien israélien Haaretz souligne que "rarement un dirigeant européen a été reçu en Israël avec la chaleur et la fanfare qui attendent le président français". L'éditorialiste de Haaretz l'invite cependant à mettre ses actes en accord avec ses déclarations et déplore que "l'amour de Sarkozy pour Israël" ne se soit pas encore concrétisé dans une "politique cohérente" au Proche-Orient, citant notamment la visite du numéro un libyen Moummar Kadhafi à Paris, fin 2007. Il estime que si le président français persiste à mener une politique en "zigzag", la "nouvelle romance" entre Paris et Jérusalem risque de "tourner court" et de finir dans l'amertume, "comme les histoires d'amour que chante sa femme".

Selon ce journal de référence, qui cite des sources diplomatiques israéliennes et françaises, deux émissaires d'Ehoud Olmert ont demandé à la France de mettre un frein à son rapprochement avec la Syrie. Ils ont rencontré à Paris le conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy et le secrétaire général de l'Elysée, Jean-David Levitte et Claude Guéant, qui revenaient de Damas.
_________________
A la guerre comme a la guerre или вторая редакция Забугорнова
Вернуться к началу
Посмотреть профиль Отправить личное сообщение Посетить сайт автора
Показать сообщения:   
Начать новую тему   Ответить на тему    Список форумов пїЅпїЅпїЅпїЅпїЅпїЅпїЅ пїЅ пїЅпїЅ -> Что интересного происходит во Франции и в Европе? Часовой пояс: GMT + 1
Страница 1 из 1

 
Перейти:  
Вы не можете начинать темы
Вы не можете отвечать на сообщения
Вы не можете редактировать свои сообщения
Вы не можете удалять свои сообщения
Вы не можете голосовать в опросах

Our friends Maxime-and-Co Двуязычный сайт для двуязычных семей Arbinada  Всё о русскоязычной Европе  Ницца для вас
У Додо. Сайт о Франции, музыке, искусстве  Вся русская Канада на Spravka.ca  Triimph Сайт бесплатного русского телевидения и радио, политическая аналитика multilingual online transliteration

 

??????? ???????? ??????? Русская Реклама Top List Находится в каталоге Апорт Russian America Top. Рейтинг ресурсов Русской Америки.


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group